Catégories

>>Dépister les cancers

En matière de soin, un dépistage sert à détecter des maladies chez des personnes qui se sentent en bonne santé. Le dépistage permet aussi d’identifier les premiers signes des maladies et d’identifier les personnes qui ont un risque plus grand de devenir malades. Le but du dépistage est d’améliorer les chances de survie ou d’empêcher une grave maladie de se développer.

Le dépistage n’est pas une méthode d’investigation parfaite. Ses inconvénients incluent le fait qu’il peut fournir un examen complètement rassurant à une personne réellement malade (faux négatif), ou inversement, qu’il peut conduire à considérer à tort comme malade une personne en bonne santé (faux positifs et surdiagnostics).

Dans le cas du dépistage du cancer, ce dernier inconvénient est de loin le plus courant. Ainsi, le dépistage entraîne le traitement de nombreuses personnes en bonne santé pour des cancers qu’elles n’ont pas et qu’elles n’auraient jamais développés.

Objectifs de cette rubrique:

– fournir des informations équilibrées sur les effets bénéfiques et nuisibles des programmes de dépistage pour les cancers

– fonder cette information sur les connaissances actuellement disponibles les plus fiables extraites des meilleures recherches et preuves scientifiques.

La brochure d’information de la Cochrane danoise – 2° édition

Par | 2 avril 2012|Catégories : Cancer du sein|

Peter GØTZSCHE persiste et signe. Chercheur indépendant et résistant acharné des programmes de dépistage organisé du cancer du sein, le directeur du Nordic Cochrane Centre actualise la brochure d'information que nous avions présenté ici et qu'il met en accès libre depuis 2008 sur son site. A l'occasion de la sortie de son livre Mammography screening: truth, lies and controversy et pour améliorer un peu plus «la seule information honnête sur la mammographie écrite pour les femmes par des professionnels de santé», il livre la deuxième édition de cette brochure d'information.

Surdiagnostic des cancers du sein

Par | 14 décembre 2011|Catégories : Cancer du sein, Formation continue|

Spécialiste de la mammographie, le Dr Bernard Duperray apporte aux radiologues francophones un enseignement indépendant des politiques de santé à la mode. Les observations cliniques et les résultats scientifiques présentés apportent la preuve des contradictions entre la représentation classique du cancer du sein et l'histoire naturelle des maladies cancéreuses du sein, hétérogène et imprévisible.

LA BROCHURE DE LA COCHRANE – 1° EDITION

Par | 13 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|

Ecrit en 2008 par une équipe de chercheurs indépendants de renom international [John Brodersen, Ole Hartling, Margrethe Nielsen and Peter Gøtzsche]] du [centre de recherche danois Cochrane, voici un petit fascicule qui entre aujourd'hui en résonance avec le livre de Rachel Campergue qui s'y réfère et que j'ai présenté il y a quelques jours. Il est court (dix pages seulement) et volontairement simplifié quand l'autre est épais et dense.

Lettre ouverte au Professeur KHAYAT : où sont vos preuves ?

Par | 9 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|

Le 6 octobre 2011 le professeur David Khayat, cancérologue, ancien président de l'INCa, était interviewé sur France Info sur l'intérêt du dépistage du cancer du sein par mammographie. Il a énoncé lors de cet interview un certain nombre d'affirmations défendant fermement l'intérêt de ce dépistage. Intéressés par ce propos, les médecins signataires du présent courrier demandent au Professeur KHAYAT de leur communiquer les données scientifiques fiables sur lesquelles il s'appuie. Tout médecin soucieux de fonder les soins aux patients sur des données fiables, peut s’associer à cette demande en signant cette lettre (voir ci-dessous).

Décider librement

Par | 5 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|

Alors que, comme chaque année en octobre, l'infantilisante et commerciale propagande rose déferle pour inciter au dépistage du cancer du sein par la mammographie, le Formindep publie trois articles importants pour rappeler le B-A BA [...]

No Mammo ? Enquête sur le dépistage du cancer du sein

Par | 5 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|Etiquettes : |

“Donnez au peuple les faits et laissez-le décider.” Le Formindep qui vit de faits et aime les partager avec le plus grand nombre ne peut que faire sienne cette phrase célèbre de Lincoln citée dans le dernier chapitre ("Une décision personnelle") de ce livre courageux, en librairie le 6 octobre 2011, qui va à contre-courant des informations officielles sur le dépistage organisé du cancer du sein et qui trouve donc toute sa place dans notre bibliothèque.

Investigation de l’épidémie apparente de cancer du sein en France

Par | 5 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|Etiquettes : |

Deux écoles d’épidémiologie contribuent à la connaissance des maladies en population. L’une, académique, applique des définitions de maladies établies a priori pour décrire leur fréquence et opérer des comparaisons afin d’identifier les facteurs explicatifs. L'autre, plus pragmatique , fut notamment développée sous l’impulsion d’Alexander Langmuir, précurseur de l’ Epidemic Intelligence Service aux Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis: elle privilégie les moyens de décrire la survenue d’une épidémie en commençant par vérifier que l’augmentation de la concentration des personnes atteintes de la maladie dans le temps et dans l’espace est réelle. Si l’épidémie est vraie, il s’agit alors d’explorer les facteurs de risque modifiables pour résoudre le problème par une intervention appropriée.

Surdiagnostic et dépistage du cancer du sein

Par | 5 octobre 2011|Catégories : Cancer du sein|Etiquettes : , |

Un surdiagnostic est un diagnostic par excès. Un surdiagnostic de cancer est le diagnostic d'une prolifération cellulaire considérée comme pathologique à l’examen au microscope, mais qui n’aurait jamais eu de conséquence sur la santé du patient [[Etzioni R, Penson DF, Legler JM, di Tommaso D, Boer R, Gann PH, Feuer EJ. Overdiagnosis due to prostate-specific antigen screening: Lessons from U.S. prostate cancer incidence trends. JNCI 2002; 94(13): 981-90.]]. Ce phénomène résulte d’une confusion entre cancer histologique et maladie cancéreuse .

Conflits d’intérêts et surdiagnostic du cancer du sein

Par | 30 mai 2011|Catégories : Cancer du sein|

Hippocrate: «… l’expérience est trompeuse…» Comte de Lautréamont: « Le doute est un hommage rendu à l'espoir. » Le choix du FORMINDEP d’organiser un exposé-débat sur les conflits d’intérêts et le surdiagnostic du cancer du sein serait-il inconscient ? Il rappelle l’incongruité de l’initiative des premiers singes mâles vacillant sur leurs pattes de derrière pour avancer debout. Pensez un instant aux conflits d’intérêts insinués par leurs détracteurs se moquant de cette nouvelle posture stigmatisant leurs penchants exhibitionnistes et renvoyant paradoxalement leurs femelles dressées dans l'éternelle honte de leur sexualité... Cet après-midi, vu l’assistance réduite des observateurs, je puis vous rassurer : nous n’avons pas à craindre ces quolibets de mauvais aloi. Une existence respectable requiert l’appréhension de la réalité, l’expression de choix conscients et la mise en œuvre des moyens nécessaires à leur réalisation. Les conflits d’intérêts troublent cette démarche. Habituellement, nous les envisageons au niveau de l’ambiguïté de la motivation des choix : répondent-ils à l’exigence d’une recherche éthique pour refuser ce qui est nuisible ou résultent-ils de pressions autoritaires, voire de manipulations ? Le FORMINDEP a mis en évidence les conséquences indésirables d’influences souvent larvées de soignants et d’experts au service d’intérêts différents de la santé des soignés. Son objectif est de promouvoir l’indépendance de tous ceux qui élaborent et diffusent méthodes de recherche, connaissances en santé et pratiques de soin. Le surdiagnostic est un diagnostic posé à tort ou un diagnostic correct mais sans utilité pour le patient. Dans le premier cas, la personne diagnostiquée n’est pas atteinte de la maladie. Dans le second, si elle n’avait pas été diagnostiquée, la maladie n’aurait pas eu de conséquence jusqu’au décès dû à une autre cause. La société attend du soignant un diagnostic sûr plutôt qu’un surdiagnostic. Alors quel intérêt y a-t-il à fabriquer des surdiagnostics ?

Les Cinquièmes rencontres du FORMINDEP

Par | 30 mai 2011|Catégories : Cancer du sein, Vie de l'association|

Conflits d’intérêts et surdiagnostic du cancer du sein

L’expérience est trompeuse... (Hippocrate) _ Le doute est un hommage rendu à l'espoir. (Comte de Lautréamont) Le choix du FORMINDEP d’organiser un exposé-débat sur les conflits d’intérêts et le surdiagnostic du cancer du sein serait-il inconscient ? Il rappelle l’incongruité de l’initiative des premiers singes mâles vacillant sur leurs pattes de derrière pour avancer debout. Pensez un instant aux conflits d’intérêts insinués par leurs détracteurs se moquant de cette nouvelle posture stigmatisant leurs penchants exhibitionnistes et renvoyant paradoxalement leurs femelles dressées dans l'éternelle honte de leur sexualité... Cet après-midi, vu l’assistance réduite des observateurs, je puis vous rassurer : nous n’avons pas à craindre ces quolibets de mauvais aloi. Une existence respectable requiert l’appréhension de la réalité, l’expression de choix conscients et la mise en oeuvre des moyens nécessaires à leur réalisation. Les conflits d’intérêts troublent cette démarche. Habituellement, nous les envisageons au niveau de l’ambiguïté de la motivation des choix : répondent-ils à l’exigence d’une recherche éthique pour refuser ce qui est nuisible ou résultent-ils de pressions autoritaires, voire de manipulations ?

Preuve du surdiagnostic dû au dépistage du cancer de la prostate

Par | 26 avril 2011|Catégories : Cancer de la prostate|

La publication dans le "British Medical Journal" d'une étude sur les conséquences à 20 ans du dépistage du cancer de la prostate ne présente pas clairement le résultat clé: il y eut un peu plus de morts par cancer de la prostate dans le groupe invité que dans le groupe non invité au dépistage et la preuve de diagnostics en excès dans le groupe dépisté donne des arguments en défaveur du dépistage. Les surdiagnostics - diagnostics en excès - entraînent des surtraitements inutiles et dangereux. Une médecine fondée sur les preuves repose sur le discernement et l'indépendance de toute influence trompeuse.

Evidence of overdiagnosis due to screening for prostate cancer

Par | 26 avril 2011|Catégories : Cancer de la prostate|

The publication of a study on the consequences of 20 years of screening for prostate cancer does not clearly present the key result: there were slightly more deaths from cancer of the prostate in the invited group than in the group not invited screening and excess diagnostic evidence in the screened group gives arguments against screening. The overdiagnosis - excess diagnoses - result in unnecessary and dangerous overtreatment . An evidence-based medicine is based on discernment and independence from any misleading influence.

Dépister les cancers?

Par | 11 décembre 2010|Catégories : Dépistages?|

En matière de soin, un dépistage sert à détecter des maladies chez des personnes qui se sentent en bonne santé. Le dépistage permet aussi d’identifier les premiers signes des maladies et d’identifier les personnes qui [...]