Qui croyait que, lorsqu’il a été lancé fin mars 2004, l’appel du Formindep aurait eu d’autres résultats que celui d’amuser la galerie ? Et c’est bien là l’origine du Formindep : que le ras-le-bol des professionnels de santé et des patients concernant les petites ou grandes compromissions avec d’autres intérêts que ceux des patients soit enfin pris au sérieux. A ce jour, avec plus de 300 signataires de son appel, professionnels de santé de tous horizons et surtout patients et citoyens, fort de plus de 110 membres, et à la lumière des premiers résultats de son action, le Formindep ne peut que constater la place qui lui revient dorénavant dans le paysage médical français. Celui d’un collectif porteur d’espoir et “d’air frais” pour l’ensemble de la profession comme pour les patients et usagers de soins. Ainsi le président du Conseil National de la Formation Médicale Continue des médecins libéraux vient-il de s’engager à demander aux membres de son conseil de procéder à leur déclaration de conflits d’intérêts dans « une démarche tout à fait légitime », explique-t-il.[[Réquillart H – Le Conseil des libéraux joue la transparence; Impact Médecine, n°78; page 36. 7 mai 2004]] Comment ne pas se féliciter de cette décision du conseil des médecins libéraux de s’engager sur la voie de la transparence « tout à fait légitime » en effet, après le conseil des médecins salariés et dans l’attente de la décision du conseil des médecins hospitaliers qui ne saurait tarder car, comme l’écrit Richard Smith dans l’éditorial du British Medical Journal du 8 mai 2004, « qu’on le veuille ou non, ce qui n’est pas transparent est considéré comme biaisé, incompétent ou corrompu, jusqu’à preuve du contraire. »[ Smith R – transparency : a modern essential; BMJ 2004; 328 [ ]]

close

Inscription à notre newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir nos nouveaux articles dans votre boîte de réception.

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.