Radio IFM… écoutez la déférence !

Une adhérente du Formindep écrit à la rédaction du site de « podcasts » médicaux Radio IFM, financée et contrôlée par Sanofi-Aventis.

 

La lettre du Docteur Franzin

Dr FRANZIN Emilie

Radio IFM

4 bis, rue de la Gare

92594 Levallois-Perret Cedex

Copie pour information à : La Revue Prescrire, Le Formindep

Madame, Monsieur,

Je suis spécialiste en Médecine Générale, thésée en 2009, remplaçante, lectrice de Prescrire depuis 2005 et adhérente au Formindep depuis 1 an.

Je pensais, en toute bonne foi, pouvoir compléter ma FMC de façon indépendante en écoutant les FMC proposées par Radio IFM, même si celle-ci bénéficie du «partenariat» de Sanofi-Aventis. Jusqu’à présent, les émissions écoutées n’avaient pas attiré mon attention.

Mais je viens d’écouter celle intitulée «Paroxystique ou permanente, la FA est à haut risque de complications» enregistrée pendant le Congrès de Médecine Générale de Nice ; dont les intervenants sont : Pr Pierre-Louis Druais (Le Port-Marly) Médecin généraliste, Dr Nicolas Lamblin (Lille) Cardiologue au CHU de Lille, Dr Christian Méresse (Douai) Médecin généraliste, Dr Jérôme Taïeb (Aix-en-Provence) Cardiologue – CHU d’Aix-en-Provence, Dr Jean-François Lemoine (Paris) Médecin-journaliste.

Comme souvent, personne ne déclare de conflit d’intérêts en début ou fin de programme. Encore beaucoup de chemin à parcourir visiblement.

Lors des discussions concernant les thérapeutiques, mon attention a été attirée par les propos du Dr Jérôme TAÏEB sous l’impulsion du Dr Jean-François Lemoine parlant d’un nouveau médicament qui «permet de réduire et ralentir» : la DRONEDARONE.

Cette nouvelle molécule permettrait de ralentir et serait prescrivable en médecine générale la seule contre-indication étant les stades III et IV de la NYHA.

Puis le Dr Nicolas LAMBLIN de préciser plus loin que «pour la première fois, une étude prouve une amélioration sur la morbi-mortalité» : l’étude ATHÉNA. Sans en préciser plus le contenu.

En conclusion, le Dr Jérôme TAÏEB d’enfoncer le clou avec des «nouveaux traitements anti-coagulants et anti-arythmiques avec un grand bénéfice pour la population».

Ma curiosité ainsi éveillée, je suis allée vérifier leurs dires dans Prescrire, seule source dont je crois encore à l’indépendance.

Tout d’abord, la DRONEDARONE a été étudiée versus placebo. Jusque là, rien de choquant puisqu’il n’y a pas de traitement de référence dans ces indications.

Dans une première étude versus placebo, appelée ANDROMEDE , la population cible ne correspond pas à la médecine de premier recours (et donc pas à une possible prescription par la médecine générale avancée par le Dr TAÏEB), mais en hospitalisation, stade III et IV de la NYHA. De plus, cette étude a été stoppée à 7 mois pour surmortalité dans le groupe traité (25 décès, versus 12 décès dans le groupe placebo, p = 0,03). On comprend la contre-indication avancée par le Dr TAÏEB.

Une autre étude versus placebo, ATHÉNA , celle évoquée par le Dr LAMBLIN, correspond plus à la population cible de médecine générale. Les résultats sont toutefois moins francs qu’il ne le laisse entendre dans son intervention. L’incidence des décès est la même dans les 2 groupes. Il n’y a qu’une moindre incidence des hospitalisations pour affection cardiovasculaire avec la DRONEDARONE à 2 ans (29,3% versus 36,9%). Et selon la FDA, la différence statistique sur la mortalité cardiovasculaire (2,8% dans le groupe DRONEDARONE versus 4% avec p = 0,025) n’est pas fiable notamment en raison de l’absence de différence sur la mortalité globale et du petit nombre de cas rapportés.

Enfin, au cours de cette émission personne n’a évoqué l’étude DYONISOS une étude versus AMIODARONE (traitement souvent utilisé dans cette indication malgré ses effets indésirables en l’absence de molécule de référence) réclamée à la firme par la FDA. Cette étude montre un échec (défini par la récidive de FA ou arrêt prématuré pour intolérance ou absence d’efficacité à 12 mois) statistiquement plus fréquent avec la DRONEDARONE qu’avec l’AMIODARONE : 75,1% versus 58,8% .

Je ne vois donc pas en quoi, cette nouvelle molécule apporterait «un grand bénéfice pour la population».

Pour finir, cerise sur le gâteau, la firme ayant développé ce produit miracle, mais qui a quand même mis 5 ans a obtenir une AMM restrictive aux Etats-Unis d’Amérique (suppression de la FA mais sans réduction de la mortalité), n’est autre que Sanofi-Aventis : partenaire indépendant de Radio IFM, je le rappelle.

Compte-tenu de tout ceci, je vous informe donc, par la présente, que vous venez de perdre une auditrice assidue jusque là.

Cordialement,

Dr E. FRANZIN

Difficile de ne pas ressentir une profonde colère à la lecture de cette lettre

Non pas, évidemment, contre  la remarquable qualité de cet exercice de décryptage par le Dr FRANZIN d’une propagande publicitaire qui se pare des atouts d’une formation médicale. Quel plaisir au contraire devant tant de lucidité !

Non pas davantage contre les firmes pharmaceutiques,

passées maîtresses dans l’art de la manipulation de l’information pour cacher l’absence de progrès médicamenteux, et qui utilisent avec talent les medias modernes pour diffuser leur propagande. C’est de « bonne guerre » dans un système de santé perçu comme un marché.

Même pas contre les intervenants médecins

qui se mettent, une fois encore, en contravention avec la loi sur la transparence de l’information médicale en ne déclarant pas leurs liens d’intérêts avec les firmes durant cette émission.

Mais colère que les médecins soient, malgré les preuves et les faits qui abondent, encore dupes de ces manipulations

dans leur immense majorité, s’y engouffrent avec naïveté et facilité, persistent à penser qu’ils sont à l’abri de ces influences grossières et qu’il savent faire la part des choses, à la grande satisfaction des actionnaires des firmes et de leur service marketing.

Colère que des médecins « dealers » d’opinions, des soi-disant « sociétés savantes » de médecine servent de caution  et de relais complaisants au blanchiment d’une promotion médicamenteuse en formation médicale, augmentant le brouillage de l’information pour les soignants, accroissant le risque de prescriptions inutiles, inappropriées, dangereuses pour les patients, coûteuses pour la collectivité.

Colère enfin, et consternation, de découvrir parmi les intervenants de cette publicité déguisée, un ancien président du Collège National des Généralistes Enseignants, récent démissionnaire de celui-là pour prendre la tête du nouveau « Collège de médecine générale » qui a la prétention de se poser en référent scientifique de la médecine générale vis-à-vis des autorités de santé.

Que son président se livre à de telles collaborations créant ainsi des conflits d’intérêts incompatibles avec l’indépendance et la qualité de ses décisions , confirme que loin de prétendre à une quelconque représentativité scientifique, cette structure constituera surtout un nouveau vivier de leaders d’opinions généralistes, à la disposition de l’industrie pour relayer sa communication, et participera ainsi à la déchéance en cours de la médecine générale.

 

Par |2016-12-06T17:38:40+00:002 octobre 2010|Catégories : Formation continue|Etiquettes : , , |0 commentaire

A propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.