Thèse de Paul Scheffer

Nous avons le plaisir de mettre à disposition la thèse de Paul Scheffer, docteur en sciences de l’éducation. Cette dernière, présentée publiquement le 24 mai 2017 à l’Université Paris VIII, a pour titre:

Quelle formation à l’indépendance est-elle possible pour les étudiants en médecine, par rapport à l’influence de l’industrie pharmaceutique ?

Les travaux de Paul Scheffer, membre actif du Formindep, ont insufflé une dynamique au sein des facultés de médecine puisque l’élaboration de sa thèse a été le point de départ d’un classement des facultés de médecine en fonction de leur indépendance vis à vis de l’industrie pharmaceutique (cf  références plus bas).

Aujourd’hui, quelques mois après le lancement du premier classement, nous en mesurons déjà l’impact positif sur les mentalités et les volontés clairement affichées par les doyens des facultés et leurs étudiants.

  • Thèse
  • Rapport du président de la conférence des doyens, membre du jury de thèse
Félicitations à Paul Scheffer pour ce travail
Jean Luc DUBOIS-RANDÉ, Président de la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine

 

Par |2017-08-21T10:12:32+00:0020 août 2017|Catégories : Formation initiale|Etiquettes : , , |1 commentaire

A propos de l'auteur :

Un commentaire

  1. Jules Malleus 19 septembre 2017 à 15 h 40 min ␣- Répondre

    Peut-être ne va-t-on pas assez loin dans l’analyse. Le phénomène est mondial, pas seulement hexagonal. L’intérêt des labos n’est pas de guérir mais de traiter de façon chronique, c’est à dire d’entretenir une condition. Les labos ne font plus la promotion de leurs produits, mais la promotion des maladies qui rapportent, fussent-elles imaginaires ou potentielles. Cela passe par la promotion des des concepts que l’industrie crée elle-même ou relance par un effort de marketing. Les essais sont fait sous couvert de prête-nom, les données ne sont pas disponibles, les publications sont démultipliées dans des campagnes de marketing, les congrès sont généreusement arrosés et les noms utilisés, les rédacteurs du DSM sont achetés, les agences ne peuvent pas résister aux pressions, les produits fournis fabriquent des dépendances chroniques très difficiles à sevrer: benzodiazépines, anti-psychotiques en particulier. Les médecins ont une cécité vis à vis des conditions iatrogènes qu’ils ont créés eux-mêmes, et une fascination pour des statistiques facilement trompeuses.

    Références:

    Peter Breggin, « Psychiatric Drug Withdrawal », 2013

    Come Back When You Have a Medical Degree From Johanna Ryan
    https://rxisk.org/come-back-when-you-have-a-medical-degree/

    Venomagnosia by David Healy
    https://davidhealy.org/venomagnosia/

    Healy, David (2012). Pharmageddon.

    Davies, James (2014). Cracked, the unhappy truth about psychiatry.

    Gøtzsche, Peter C (2013). Deadly Medicines and Organised Crime: How big pharma has corrupted healthcare.

    Whitaker, Robert (2010). Anatomy of an epidemic.

    Les chiffres US:
    http://www.pewtrusts.org/en/research-and-analysis/fact-sheets/2013/11/11/persuading-the-prescribers-pharmaceutical-industry-marketing-and-its-influence-on-physicians-and-patients

    Corruption pharmacologique tous azimuts en France:
    https://www.transparence.sante.gouv.fr/

    [23] Article du New York Times, 2006: Plus de la moitié des rédacteurs du DSM IV ont touché de l’argent des labos.
    http://www.nytimes.com/2006/04/20/health/20psych.html?_r=0

    Frances, Allen, Saving normal: An insider’s revolt against out-of-control psychiatric diagnosis, DSM-5, big pharma and the medicalization of ordinary life, Psychotherapy in Australia
    Volume 19 Issue 3 (May 2013)
    https://search.informit.com.au/documentSummary;dn=464019439257830;res=IELHEA

    Une série d’articles en français sur le blog pharmacritique.
    http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/conflits-d-interets-en-psychiatrie-dsm/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Mot-clefs