Le collectif Formindep « pour une formation médicale indépendante au service des seuls professionnels de santé et des patients » a été lancé en mars 2004 à l’initiative de Philippe Foucras, à l’époque médecin généraliste dans le Nord et formateur en médecine générale, pour soutenir l’appel lancé aux Conseils nationaux de formation médicale continue de déclarer leurs conflits d’intérêts : L’appel du Formindep.

En 2005, le collectif se regroupe en une association, le Promindep, qui changera de nom en 2006 pour devenir le Formindep.

L’association regroupe des professionnels de santé, des patients et des citoyens soucieux de favoriser une formation professionnelle et une information, auprès du public, indépendantes, c’est-à-dire dégagées de toute influence d’organismes pouvant avoir d’autres finalités que l’intérêt seul des patients.

L’appel du Formindep

Le document fondateur du collectif

Les premières réactions consécutives à l’installation, début 2004 1)J.O n° 26 du 31 janvier 2004, page 2251 – Arrêté du 26 janvier 2004 portant nomination aux conseils nationaux de la formation médicale continue prévus aux articles L. 4133-3 et L. 6155-2 du code de la santé publique NOR : SANP0420311A], par le Ministre de la Santé des Conseils Nationaux de la Formation Médicale Continue (FMC) chargés d’établir les critères de la nouvelle FMC obligatoire – mais non sanctionnante, cherchez l’erreur – peuvent d’ores et déjà donner des motifs d’inquiétude.

D’emblée, l’appel à « ne pas oublier l’industrie pharmaceutique, qui sponsorise d’innombrables réunions d’information plus ou moins informelles » 2)Réquillart H. ; Plaidoyer pour une FMC incitative – Qui financera les 300 millions de la FMC ? ; Impact Médecine, n° 68, 27 février 2004, page 35. est lancé dans la presse médicale.

Depuis le Ministre lui-même pour qui « il n’y a pas de bons ou de mauvais moyens de FMC. Tous les moyens concourent à la FMC. » 3)Leduc P., Poindron P.-Y. ; Jean-François Mattei : « Ce que j’attends de la formation médicale continue » – Concours Médical, 25 février 2004, n° 07., jusqu’au président du Conseil des médecins libéraux, Bernard Ortolan, pour qui « tout ce qui contribue à la FMC est bienvenu » 4)Benaderette S. ; Entretien avec Bernard Ortolan – « tout ce qui contribue à la FMC est bienvenu » ; Panorama du Médecin, n° 4923, 26 février 2004, page 15., en passant par un membre non identifié de ces Conseils nationaux qui précise selon quels « critères de rigueur et d’indépendance » va fonctionner la nouvelle FMC : « pas de produits cités, uniquement les noms de molécules, et des locaux séparés entre formation proprement dite et promotion commerciale des sponsors » 5)Leduc P., Poindron P.-Y. ; Jean-François Mattei : « Ce que j’attends de la formation médicale continue » – Concours Médical, 25 février 2004, n° 07..
Et Bernard Ortolan de rappeler les objectifs du décret du 14 novembre 2003 instaurant ces Conseils : « transparence des financements, engagement relatif à l’absence de toute promotion en faveur d’un produit de santé et à l’utilisation de la dénomination commune des médicaments. » 6)Décret n° 2003-1077 du 14 novembre 2003 relatif aux conseils nationaux et au comité de coordination de la formation médicale continue prévus aux articles L. 4133-3 et L. 6155-2 du code de la santé publique. NOR:SANP0324039D..

Ainsi pourra être agréée, avec tous les « critères de rigueur et d’indépendance » requis, par exemple, une soirée de FMC sur la « dysfonction érectile » – concept par ailleurs ô combien peu promotionnel ! -, où ne sera prononcé que le nom de la molécule mais où, dans la pièce à côté, la firme pourra étaler tous les échantillons et prospectus vantant son produit. De qui se moque-t-on ?

Philippe Bonet, membre du Conseil des médecins libéraux en tant que président de l’Unaformec, « regrette que l’on n’ait pas laissé assez de place aux associations de terrain » 7)Gattuso C. ; La nouvelle FMC « Un système souple et évolutif » explique le Dr Bonet ; Quotidien du Médecin, 10 février 2004., associations dont on sait, pour la plupart, la totale indépendance dont elles bénéficient vis-à-vis de l’industrie pour leur financement voire pour le choix des thèmes de formation (sic) 8)Foucras P. ; Histoire en cinq actes ; la Revue Prescrire ; 2002 ; n° 224, pages 72-73..
Celui-ci, devant l’inquiétude récurrente de la presse médicale sur la question du financement de cette nouvelle FMC, se veut rassurant en rappelant, entre autres, la place de l’industrie pharmaceutique.

Bien sûr, quelques aigris, malheureux éliminés de la sélection ministérielle (sur quels « critères de transparence et d’indépendance » déjà ?), se font entendre, telle Isabelle de Beco, présidente de la SFTG, qui réclame que « dans un secteur aussi sensible que celui de la santé, ce conseil soit désireux et capable de donner les moyens aux médecins de se former, à distance de toute pression financière de l’industrie pharmaceutique » 9)Gattuso C. ; Formation médicale continue – La SFTG critique la composition du Conseil national des libéraux ; Quotidien du Médecin, 25 février 2004..

Mais que les généreux donateurs inquiets de leur avenir 10)de Saint-Roman H. ; L’inquiétude du président du Leem Pierre Le Sourd : l’industrie du médicament sur la défensive ; Quotidien du Médecin, 5 Mars 2004. se rassurent. Ce ne sont pas quelques trublions (opportunément écartés de ces Conseils) qui les empêcheront de permettre à la majorité du corps médical français de continuer à se « former » à moindres frais avec tous les « critères de rigueur et d’indépendance » nécessaires. Nul doute que ces Conseils nationaux n’empêcheront pas ces désintéressés partenaires de continuer à « renforcer leurs relations avec les médecins » par « une action spécifique en direction de la FMC » 11)de Saint-Roman H. ; Industrie pharmaceutique – GlaxoSmithKline souhaite renforcer ses relations avec les médecins ; Quotidien du Médecin, 17 février 2004. ou à chercher à « gommer le fossé entre laboratoires et médecins » 12)Site Internet de la société CCC (Conventions, Colloques, Congrès) organisatrice des congrès « Preuves et Pratiques » par des actions de soi-disant FMC.

Devant ce constat, l’appel renouvelé à une formation médicale indépendante et libérée, garantie fondamentale d’une qualité des soins au service des seuls patients, pourrait sembler vain voire surréaliste.

Pourtant nous persistons à lancer de nouveau cet appel, redisant plus que jamais « non merci… » à des compromissions et hypocrisies qui, tout en portant atteinte à l’éthique et à la dignité des professionnels ainsi qu’à la qualité des soins, prennent le risque de décrédibiliser les travaux de ces Conseils avant même leur commencement.

De nouveau une occasion importante risque d’être manquée pour avancer véritablement vers cette indépendance tant attendue par les professionnels, les patients, la société.

Pour ne pas rater le coche de la confiance vis-à-vis des professionnels et des patients, nous demandons que chacun des membres de ces Conseils déclare personnellement et publiquement les conflits d’intérêt qui le lient à des structures susceptibles d’interférer dans ses choix et décisions au sein de ces Conseils.
Dans nombre de pays développés, ces déclarations préliminaires dès l’instauration de tels organismes sont la moindre des choses.
Au lieu de cela, en France, les premières déclarations semblent faites pour rassurer les firmes.

Et si, pour une fois, on essayait vraiment d’avancer ?

Après de nombreuses années d’efforts, une vraie culture d’indépendance et de qualité commence enfin à se développer chez les professionnels de santé français. La « nouvelle » FMC saura-t-elle prendre ce train en marche ou choisira-t-elle de rester engluée dans ces archaïsmes et ces collaborations douteuses ?
Mesdames et Messieurs les Conseillers, à vous la parole. Il n’est pas encore trop tard.

Signé : Le collectif FORMINDEP

References   [ + ]

1. J.O n° 26 du 31 janvier 2004, page 2251 – Arrêté du 26 janvier 2004 portant nomination aux conseils nationaux de la formation médicale continue prévus aux articles L. 4133-3 et L. 6155-2 du code de la santé publique NOR : SANP0420311A]
2. Réquillart H. ; Plaidoyer pour une FMC incitative – Qui financera les 300 millions de la FMC ? ; Impact Médecine, n° 68, 27 février 2004, page 35.
3, 5. Leduc P., Poindron P.-Y. ; Jean-François Mattei : « Ce que j’attends de la formation médicale continue » – Concours Médical, 25 février 2004, n° 07.
4. Benaderette S. ; Entretien avec Bernard Ortolan – « tout ce qui contribue à la FMC est bienvenu » ; Panorama du Médecin, n° 4923, 26 février 2004, page 15.
6. Décret n° 2003-1077 du 14 novembre 2003 relatif aux conseils nationaux et au comité de coordination de la formation médicale continue prévus aux articles L. 4133-3 et L. 6155-2 du code de la santé publique. NOR:SANP0324039D.
7. Gattuso C. ; La nouvelle FMC « Un système souple et évolutif » explique le Dr Bonet ; Quotidien du Médecin, 10 février 2004.
8. Foucras P. ; Histoire en cinq actes ; la Revue Prescrire ; 2002 ; n° 224, pages 72-73.
9. Gattuso C. ; Formation médicale continue – La SFTG critique la composition du Conseil national des libéraux ; Quotidien du Médecin, 25 février 2004.
10. de Saint-Roman H. ; L’inquiétude du président du Leem Pierre Le Sourd : l’industrie du médicament sur la défensive ; Quotidien du Médecin, 5 Mars 2004.
11. de Saint-Roman H. ; Industrie pharmaceutique – GlaxoSmithKline souhaite renforcer ses relations avec les médecins ; Quotidien du Médecin, 17 février 2004.
12. Site Internet de la société CCC (Conventions, Colloques, Congrès) organisatrice des congrès « Preuves et Pratiques »