Notre usine est un roman

L’usine pharmaceutique Roussel-Uclaf de Romainville dans la région parisienne racontée par ses ouvriers, chercheurs, syndicalistes de 1967 à 2007. Un ouvrage passionnant qui explique de l’intérieur et vu d’en bas, c’est à dire de ses travailleurs, comment l’industrie pharmaceutique est passée d’une culture de santé publique et de recherche, à une culture de profit et de retour sur investissement à tout prix, qui a amené à sacrifier des médicaments utiles aux patients mais estimés non rentables pour les actionnaires. Comprendre, raconté par ses ouvriers et ouvrières, comment au début des années 90 le marketing a pris le pouvoir sur la recherche, de façon délibérée et calculée, est vraiment éclairant. Pour ceux qui s’intéressent à l’histoire industrielle et économique, on voit le glissement d’un capitalisme français de patrimoine familial, à un capitalisme anglo-saxon de profit et d’actionnariat. On retrouve exactement le même phénomène dans le textile. Sur ce fond économique et industriel se déroule la vie des ouvriers et des syndicalistes de Roussel-Uclaf, avec leurs joies, leurs peines et surtout leurs combats, et des instants de profonde émotion. On y redécouvre la fierté des travailleurs de l’industrie pharmaceutique de contribuer à la santé publique et au bien-être de l’humanité, et leur colère quand ils comprennent les véritables objectifs des décideurs, des actionnaires, et comment ils sont ainsi, eux aussi, trompés et manipulés. La véritable histoire du RU 486, la pilule « contragestive », racontée par le personnel du laboratoire de recherche est également passionnante. De Roussel-Uclaf à Sanofi-Aventis, on lit enfin la vie et la mort d’une usine, rebaptisée site, puis pôle, et ces glissements de vocabulaire ne sont pas innocents. J’ai été emballé par ce livre qui mêle aventures humaines vraies et histoire économique de l’industrie pharmaceutique, et qui aide à comprendre les dérives de l’industrie pharmaceutique et de son information depuis les années 90, et comment on en est arrivé à la situation que nous connaissons et combattons au Formindep. Un livre qui permet de se redire que l’industrie pharmaceutique ce n’est pas seulement des visiteurs médicaux, des communicants, du marketing et le profit des actionnaires. C’est aussi des chercheurs, des laborantins, des « petites mains » qui y travaillent en pensant rendre service à leurs frères humains et rêvent de découvrir et de fabriquer des médicaments de qualité, et pas seulement rentables. « On peut travailler dans l’industrie pharmaceutique et rester citoyen« , m’expliquait un jour un employé d’une firme pharmaceutique. Ce livre nous le rappelle utilement et bellement. Je me disais en refermant ce livre que le Formindep agissait aussi pour ces personnes. A lire sans hésiter. — Philippe FOUCRAS PS : pas de liens d’intérêts avec l’auteur ni avec l’éditeur, ni avec Philippe Pignarre qui a soutenu ce projet

Par |2017-04-07T14:22:19+00:0020 juillet 2008|Catégories : Articles non classés, Industrie pharma|Etiquettes : |0 commentaire

A propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.