>>, Lobbying>Le LEEM inaugure une permanence au Ministère de la santé

Le LEEM inaugure une permanence au Ministère de la santé

C’est ce 1er avril que le LEEM , le syndicat de l’industrie pharmaceutique, va inaugurer en présence de la ministre de la santé, Mme Marisol TOURAINE et de nombreux invités, une permanence au cœur du Ministère de la santé, avenue de Ségur à Paris.

Concrétiser la transparence

Selon le communiqué conjoint du LEEM et du ministère, l’ouverture de cette permanence inaugure une « nouvelle étape de la transparence » dans les relations entre les entreprises du médicament et les autorités sanitaires. « Les citoyens ont droit à la transparence et il n’y a aucune raison de se cacher, nous ne faisons rien de mal, au contraire ! », expliquera Patrick ERRARD le nouveau président du LEEM lors de son intervention, « La santé publique a tout à gagner dans cette convergence d’intérêts entre l’industrie et les autorités de santé, et cela doit être fait en toute transparence, et sans aucun scrupule. Le temps de l’opacité est révolu. » L’objectif de cette permanence, selon le communiqué, sera également de rapprocher les vrais décideurs des lieux des décisions et de contribuer ainsi à la simplification administrative, à la réduction des intermédiaires et des coûts. La proximité physique ainsi créée ne sera que la simple concrétisation d’une proximité idéologique, humaine et relationnelle déjà ancienne et contribuera à raccourcir les temps de concertation et de décision, au mieux de l’intérêt général.

Une direction aguerrie pour une collaboration de chaque instant

La direction de cette permanence sera confiée à la directrice médicale des affaires scientifiques du LEEM, Chrystel Jouan-Flahault. Celle-ci a été durant plusieurs années la représentante du LEEM, invitée permanente au sein de l’Afssaps (devenue ANSM), jusqu’à ce que le scandale du Mediator l’écarte de cette fonction, fragilisant ainsi les processus de concertation au sein de l’agence du médicament. En disponibilité depuis cette époque, sa connaissance profonde des rouages institutionnels et les nombreux contacts créés avec l’administration lors de sa présence au sein de l’Afssaps, en faisait la candidate naturelle à cette fonction. Pour mémoire, rappelons que Chrystel Jouan-Flahault est également la conjointe de l’ancien directeur de l’Ecole des Hautes Etudes de Santé Publique de Rennes (EHESP), Antoine Flahault, qui a été un vecteur important de la communication gouvernementale lors de l’épidémie de grippe H1N1. Elle et son équipe de 30 personnes seront sous la responsabilité directe du Directeur général du LEEM, Philippe Lamoureux qui, en tant qu’ancien directeur de l’INPES

[[ [Institut national de prévention et d’éducation pour la santé->http://www.inpes.sante.fr/default.asp] ]], est un acteur incontournable des partenariats fructueux développés entre l’industrie et les autorités sanitaires. Les fonctionnaires du Ministère de la santé qui ont été chargés de la rédaction des décrets d’application du Sunshine Act français seront détachés à temps plein au sein de cette permanence. Ils contribueront efficacement à fluidifier et faciliter les relations entre les firmes et le ministère. Le Formindep a été le témoin du satisfecit de l’industrie envers le travail important de ces personnes. « Il s’agit de fonctionnaires de grande confiance » s’exprime Philippe Lamoureux dans le communiqué de presse. « Leur capacité à traduire parfaitement nos attentes est juste incroyable ». Les récents articles du Formindep sur la réécriture des décrets sur la transparence de l’information médicale et des conflits d’intérêts des médecins attestent de la justesse de ce commentaire flatteur. Voir là : Le ministère de la santé organise le black out sur la transparence … et là : Le Formindep répond à la Direction Générale de la Santé Détail significatif : les locaux de cette permanence high-tech, équipée des derniers outils de communication informatique sécurisée importés des USA, comporteront un appartement de fonction où des agents du LEEM pourront être présents 24 heures sur 24, 365 jours par an, assurant ainsi une veille entrepreneuriale de tous les instants pour favoriser des décisions ministérielles quasiment en temps réel au plus près des attentes conjointes de l’industrie et du ministère. Cet appartement sera directement communiquant avec le bureau du ministre.

Fini le lobbying, vive la convergence d’intérêts !

<img1194|left>Lors de cette inauguration le président du LEEM accordera en toute amitié la parole à la ministre de la santé. Lors de son allocution elle rappellera que cette initiative s’inscrit dans un long parcours de collaboration et de partenariat fructueux entre les intérêts industriels et les autorités. Dans un esprit de rassemblement national, elle rappellera comment la voie avait été tracée largement par l’actuelle opposition et que cette initiative s’inscrit dans une continuité sans faille, à laquelle aucun ministre de la santé n’a jamais dérogé. S’inscrivant dans l’esprit du Pacte de responsabilité avec le MEDEF lancé par le Président de la République, la ministre devrait rappeler l’importance accordée au CSIS, conseil stratégique des industries de santé « Le CSIS a été et sera de plus en plus l’outil privilégié de cette responsabilité de la santé confiée à l’industrie », expliquera la ministre, « et ces nouveaux locaux ultra modernes en seront le symbole visible, efficace et durable. » La ministre insistera sur l’importance de cette nouvelle transparence, « injustement stigmatisée par certains “aboyeurs de l’indépendance”, qui contribuent à jeter le discrédit sur les actions de santé publique, à altérer la nécessaire confiance des populations envers les autorités, et à fragiliser la démocratie en faisant ainsi le jeu des extrêmes (…) Le terme de lobbying a été trop galvaudé. Il convient maintenant de parler de convergence d’intérêts ».

Des invités de renom, collaborateurs confirmés de la convergence d’intérêts

Puis devant le parterre des nombreux invités, la ministre du LEEM et le président de la santé pourront alors dévoiler le nom de cette permanence. Elle sera baptisée « Espace Noël Renaudin » du nom de l’ancien président du CEPS (le comité économique des produits de santé, chargé de fixer en toute clarté le prix du médicament). Pendant plus de 15 ans président de ce comité et dont le départ a été déploré par les firmes, celui qui aimait se présenter comme « fonctionnaire de l’industrie pharmaceutique » sera présent pour cette inauguration et nul doute que son émotion sera grande devant cette légitime reconnaissance. « Le CEPS, c’est Noël ! », disaient affectueusement et avec humour les PDG de l’industrie pharmaceutique en parlant de lui. Avec ce nouvel Espace, Noël continue assurément pour les firmes. A ses cotés seront présents, sous le regard bienveillant des PDG, les acteurs de la convergence d’intérêts entre l’industrie et la santé. Parmi eux Le nouveau directeur de la DGS, Benoît Vallet, dont les liens d’intérêts en tant qu’anesthésiste révélés par le site du Sunshine de l’ordre des médecins, confirment qu’il sera un acteur zélé de cette nouvelle transparence. Egalement à la place d’honneur, le professeur Guy Vallancien qu’on ne présente plus, Daniel Vial le célèbre « convergeur d’intérêts » organisateur entre autres des universités d’été de la revue Pharmaceutiques de Lourmarin [il représentera également Jérôme Cahuzac, excusé]], de nombreux parlementaires et anciens ministres de tous bords, des journalistes évidemment, en particulier ceux de la presse médicale qui seront autorisés à poser une question préparée par le LEEM, les présidents de toutes les autorités sanitaires, les représentants des sociétés savantes de médecins, en premier lieu l’[AFU, la SFR, la SFC, et même le CNGE qui se réjouit « pour une fois » de ne pas avoir été oublié, les représentants de tous les syndicats médicaux, le nouveau président de l’ordre des médecins, la présidente de l’ordre des pharmaciens, le directeur de l’assurance-maladie, le CISS qui représentera les principales associations de patients, l’AFD enverra toutefois son propre représentant. La liste est trop longue. A l’entrée de la cérémonie des journalistes du magazine Marie-Claire et des cadres commerciaux de General Electric distribueront aux invités des “rubans roses” qu’ils pourront arborer en signe de solidarité avec les victimes du dépistage du cancer du sein. Le cocktail sera financé uniquement par le LEEM, signe de l’engagement réaffirmé des entreprises et de leur gouvernement de lutter contre le déficit public. Le montant du financement de ce projet par le Ministère n’a toutefois pas été précisé : «La transparence a ses limites, faut pas déconner» nous a aimablement répondu l’attachée de presse. Une belle fête de famille cependant.

Par |2018-09-07T12:53:21+00:001 avril 2014|Catégories : Industrie pharma, Lobbying|Etiquettes : , , , |0 commentaire

A propos de l'auteur :

Catégories

Mot-clefs