>>>>La HAS tire le bilan et s’interroge (mais pas sur elle-même)

La HAS tire le bilan et s’interroge (mais pas sur elle-même)

La toujours excellente Lettre Annuaire Sécu de Gérard BIETH donne, entre autres, deux infos intéressantes dans sa livraison du 26 décembre 2010.

La HAS tire le bilan du FOPIM

Voir là pour télécharger le document. Rappelons que le FOPIM (Fonds de promotion de l’information médicale) avait été créé “autrefois” pour favoriser une information médicale indépendante et de qualité. Il s’est soldé par un fiasco monumental à peine lancé, entravé par les firmes et le ministre de l’époque (JF Mattéi)

[Lire l’article du Monde de 2005 : [« La mort du Fopim illustre le manque de volonté pour fournir des données indépendantes aux médecins« . Voir également ]]. Où l’on apprend que la revue Pratiques est liée au SMG (ce n’est pas un scoop) et au collectif Formindep (sic !)… Compte tenu de la réputation du Formindep à la HAS, on comprend pourquoi elle n’a pas été subventionnée longtemps et pas beaucoup ! Le Formindep présente ses excuses et renouvelle son amitié à la revue Pratiques. Mais d’autres infos sont plus intéressantes, en particulier sur le lectorat (faible) de la revue Médecine et sur l’argent (beaucoup) qu’elle a reçu du FOPIM. L’échec de la revue Médecine conduit la HAS à s’interroger sur les critères de qualité de la presse médicale (voir ci-dessous). Également sur les projets usinagaziformes concernant les outils informatiques. Sur ce sujet, les firmes sont à l’œuvre elles. Depuis longtemps.

La HAS va produire en 2011 un référentiel sur les critères de qualité de la presse médicale

On lira (sans rire) la note de cadrage : La HAS s’inquiète de la qualité de la presse médicale, d’autant plus qu’elle utilise ces vecteurs pour diffuser ses recommandations. Pas un mot de gratitude ni d’excuse envers le Formindep pour l’avoir alerté dès 2005 sur le fait qu’utiliser l’industrie pharmaceutique pour diffuser ses recommandations était une mauvaise idée. 5 ans après, ils décident enfin de réfléchir sur la question. Ce sursaut neuronal est-il favorisé par le départ d’Étienne Caniard, qui présidait la Commission sur qualité de l’information médicale, et vient de prendre tout récemment la tête de la Mutualité Française ? Son ressentiment (euphémisme) profond envers le Formindep qui, reconnaissons-le, lui a régulièrement mis le nez dans la me… diocrité de son travail, devait sans doute empêcher une réflexion de qualité sur la qualité de l’information. Mais tout va s’arranger pour 2011. N’en doutons pas. On relira avec intérêt page 5 de la note de cadrage l’énumération des critiques faites par Richard Smith dans son livre « The Trouble with Medical Journals » sur la qualité de la presse médicale internationale. Et avec mauvais esprit on s’amusera à rechercher celles qui ne s’appliquent pas à la HAS. Il y en a. Qualité de l’information médicale : un concept porte-malheur pour la HAS. Le Formindep reste à sa disposition en 2011 pour vaincre la malédiction. Proposition sérieuse.

Par |2016-11-09T11:45:50+00:0029 décembre 2010|Catégories : La vie du médicament|Etiquettes : |0 commentaire

A propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Catégories

Mot-clefs